Petite histoire de la vigne en Sarthe – 2nde partie

Lire la 1ère partie

« Le doux climat du Loir, en permettant de cultiver la vigne, donne une aisance inconnue aux régions à demi-sauvages du Maine » (ARDOUIN-DUMAZET).

Loge de vigne en Sarthe
Loge de vigne à Marçon (fin 19e – début 20e).

En 1829 la vigne couvre 10 452 ha, soit l’apogée du vignoble dans le département. Les territoires de Château-du-Loir et de la Chartre-sur-le-Loir possèdent la plus grande proportion d’exploitations dédiées à la vigne dans la Sarthe. La vigne domine clairement ces finages, et non la polyculture comme c’est le cas dans les autres communes viticoles. En 1830 la vigne longe les vallées. On dénombre 418 ha de vignes à Marçon, un record en Sarthe ! Chemiré et Précigné dans la vallée de la Sarthe possèdent autant de vignes que Bazouges, Aubigné ou Lhomme dans la vallée du Loir. Le vignoble manceau jouit d’une bonne réputation avec des communes à plus de 100 ha de vignes. Néanmoins, les vins de la vallée du Loir sont les seuls du département à être exportés en Angleterre, Hollande et Flandres. L’invention du macadam et les voies ferrées développeront les échanges commerciaux. Le vignoble sort de l’obscurité par la réputation de ses vins blancs, et notamment du Jasnières. Curnonsky (1872-1956) aimait à dire que « trois fois par siècle, le Jasnières est le meilleur vin blanc du monde ».

L’oïdium arrive en 1878 dans la Sarthe, le mildiou en 1884 mais c’est le phylloxéra qui changera la physionomie du vignoble. Le puceron arrive dans les années 1888-1889 dans le département. Préconisé par Jules Guyot, l’abandon du provignage intensif et la mise en place d’une rationalisation du mode de culture s’accompagne d’une simplification de l’encépagement. À cela s’ajoute une surproduction et les progrès des voies de communication ont permis l’importation des vins méridionaux (Midi de la France, Algérie), ce qui engendrera une rude concurrence. Parallèlement, en 1890 s’organise la promotion des vins de Jasnières comme vins de luxe et l’Association Viticole de la Sarthe (AVS), créée en 1894, organise des concours de vin. L’AVS effectue un classement des vins en cinq catégories. Les vins rouges de la vallée du Loir n’apparaissent qu’à la quatrième catégorie derrière les vins blancs.

vignoble dans la Sarthe 72
La vallée du Loir et le village de Ruillé depuis les coteaux de Jasnières.

En 1930, on compte 2 500 ha de vigne : le vignoble de l’ouest sarthois et du Mans ont disparu. En 1937, est créée l’AOC Jasnières avec comme seul cépage le Chenin. Suivra en 1948 la création de l’AOC Coteaux-du-Loir. Les vergers grignoteront des parcelles viticoles, notamment dans l’ouest des Coteaux-du-Loir connus pour ses rouges. Au milieu de la décennie 1970, le vignoble est moribond : en 1973, on n’y compte plus que 16 ha de vigne (11 ha en Jasnières et 5 ha en Coteaux-du-Loir). En 1984, Saint-Germain-du-Val (proche de la Flèche), sort de l’AOC Coteaux-du-Loir, ce qui fait disparaître l’ultime témoin de l’extension occidentale du vignoble de la vallée. En 1992, l’AVS devient le Syndicat des Coteaux-du-Loir. Le vignoble sarthois ne couvre plus que 45 ha. Aujourd’hui, la vigne occupe 140 ha sur les deux appellations. L’AOC Jasnières se situe sur les communes de Lhomme et Ruillé-sur-Loir (aujourd’hui Loir-en-Vallée) : elle est donc incluse dans l’aire de l’AOC Coteaux-du-Loir.

Encore discrets, les vins de la Sarthe voient leur notoriété grandir, aussi bien pour les rouges, qui font la part belle au Pineau d’Aunis, que pour les blancs à base de Chenin. Nous pouvons conclure par les mots de Jules Guyot : « La vallée du Loir, si favorable aux bons cépages et aux bons vins ». La Sarthe a assurément un avenir viticole devant elle !

Bibliographie

Victor-Eugène ARDOUIN-DUMAZET (1891-1899), Voyage en France, Tome 1, 1ère série 1898, Berger-Levrault & Cie, Paris, 352 p.

André DUPÉ, Michel FREYSSINET (1996), Vins, vignobles et vignerons de la vallée du Loir, Cénomane, Le Mans, 191 p.

Emmanuelle FOUCHER-LEBVRE, Chantal GUÊNERIE, René DESPERT, Samuel GIBIAT (2012), Des vignes, des vins, des hommes, La viticulture en Sarthe du XIIIe au XXe siècle, Conseil Général de la Sarthe, 95 p.

Jules GUYOT (1868), Étude des vignobles de France, Tome 3, Régions du Centre-Nord, du Nord-Est et du Nord-Ouest, Victor Masson et fils, Paris, 697 p.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *