fbpx

Le Nez dans le Vert – 14 juillet 2020

Salon Le Nez dans le Vert 2020Initialement prévue au Château de Gevingey les 22 et 23 mars de cette année, la 10e édition du « Nez dans le Vert » a finalement eu lieu sous un nouveau format ce mardi 14 juillet. Le salon des vignerons bio du Jura s’est multiplié sur quatre sites : L’Abergement-le-Petit, Arbois, Château-Chalon et Poligny. Nous nous sommes rendus sur trois sites : nous n’avons donc malheureusement pas pu tout déguster, y compris sur les sites visités. Merci aux vigneronnes/vignerons pour l’organisation du salon et pour leur accueil. Voici, dans l’ordre de notre périple, un résumé de cette dégustation jurassienne.

Château-Chalon

Domaine Thill, Éric et Bérangère Thill, 39 570 Trenal

Domaine de 6 ha qui s’oriente petit à petit vers la biodynamie. Éric et Bérangère nous ont proposé six vins dont un Crémant, trois blancs et deux rouges.

  • Domaine ThillAOC Crémant-du-Jura, « Adrian » 2016. Chardonnay non dosé, pas de soufre ajouté, 36 mois sur lattes. Fine effervescence, notes de fruits à chair jaune, finale charnue. Un crémant inattendu.
  • AOC Côtes-du-Jura, « Cuvée Romane » 2018. 18 mois d’élevage, marnes gris du Lias. Savagnin ouillé assez puissant, finale complexe et douce, sur les fruits à noyaux, les épices.
  • AOC Côtes-du-Jura, « Sur Montboucon » 2016. Chardonnay sur argiles planté plein sud. 36 mois d’élevage dont une partie non ouillée. Vin opulent, finale florale, qui donne un Chardonnay de gastronomie.

Domaine Pignier, Famille Pignier, 39 570 Montaigu

Domaine PignierPrésentation des cuvées en biodynamie par Jean-Etienne et sa fille. Jean-Etienne nous a parlé avec passion des parcelles complantées et de future introduction de cépages comme le Gueuche N, la Mondeuse N et le Peloursin N.

  • AOC Côtes-du-Jura, « Les Gauthières » 2018. Trousseau « à la Dame » (sélection massale). Cuvée issue de ceps à petit rendement, concentrée, fruitée, notes d’humus et de baies noires.
  • VDF, « À table avec Léandre » 2018. Trousseau, Poulsard, Pinot noir, Pinot noir du Jura, Gamay, Enfariné, Petit Béclan, Argan, Chardonnay, Gamay teinturier, Pinotin. Vin très gourmand issu d’une complantation qui reflète ce que pouvaient être les vins rouges jurassiens avant le phylloxéra.
  • AOC Côtes-du-Jura, « Gamay blanc » 2017. Vieille vigne de Chardonnay, cuvée élevée un an en œuf béton, vin ciselé, pur, vif.

Domaine Berthet-Bondet, 39 210 Château-Chalon

Domaine accueillant les vignerons sur le site de Château-Chalon, Hélène Berthet-Bondet nous fait déguster quatre cuvées dont notre seul vin jaune de la journée.

  • Domaine Berthet BondetAOC Côtes-du-Jura, « Savagnier » 2018. On le sait, le Savagnin est le père du Chenin. Première fois où l’aromatique est proche du cépage ligérien avec des notes de fruits du verger. Finale délicate, presque infusée.
  • AOC Côtes-du-Jura, « La Poirière » 2018. Vieille vigne de Chardonnay sur marnes irisées, vinification et élevage en fût. Cuvée élégante, ronde, qui garde une fraîcheur bienvenue en 2018.
  • AOC Château-Chalon, 2012. Vin jaune mis en bouteille en 2019. Un non ouillé encore jeune. Vin élancé, belle acidité, sur les fruits secs frais (noix, noisette), finale épicée et minérale. Cuvée prometteuse.

Poligny

Domaine Didier Grappe, 39 230 Saint-Lothain

Domaine Didier GrappeLes vignes nature de Didier Grappe s’étendent sur 3,6 ha. Seulement deux cuvées à la dégustation, mais des cuvées qui sortent des sentiers battus.

  • VDF, « Distortion » 2018. Effervescent à base de Seyve-Villard (croisement intra-spécifique de deux Seibel obtenu dans la Drôme). Une bulle incisive, inattendu. Finale saline et acérée.
  • VDF, « Longefin » 2018. Chardonnay sur marnes grises, aromatique associant pêche blanche bien mûre, fleurs jaunes et notes animales. Finale sur le noyau.

Les Dolomies, Céline et Steve Gormaly, 39 230 Passenans

Issu d’un projet associant Terre de Liens, Céline nous fait déguster ses cuvées issues de terroirs bien distincts.

  • VDF, « Les Boutonniers » 2017. Vignes sur argilo-calcaire, très bel équilibre acidité/rondeur, une version sans fioritures du Chardonnay, finale florale, sapide.
  • VDF, « Arco » 2018.  Savagnin ouillé, vignes situées au début de la reculée de Baume-lès-Messieurs, pentes allant jusqu’à 40 %. Vin typé, mûr, finale fraîche pour un 2018, notes d’agrumes confits.
  • VDF, «  Madeleine » 2018. Gamay sur marnes rouges situés à quelques kilomètres du domaine, une bombe de petits fruits rouges, grand coefficient de buvabilité.

L’Abergement-le-Petit

Domaine de la Tournelle, Evelyne et Pascal Clairet, 39 600 Arbois

Situé en terre arboisienne, le domaine fêtera bientôt ses 30 ans et est certifié bio depuis 2010. Voici les cuvées qui ont retenu notre attention.

  • Domaine de la TournelleAOC Arbois, « Terre de Gryphées » 2018. Chardonnay sur marnes irisées (et avec mollusques fossilisés, les gryphées) du Jurassique inférieur. Sur la rondeur et le fruit, cuvée gourmande où le boisé est bien fondu.
  • AOC Arbois, « Fleur de Savagnin » 2017. Savagnin ouillé qui possède une belle énergie, l’acidité lui donne une structure tendue et fraîche.
  • AOC Arbois, « L’Uva, Uva arbosiana » 2018, Poulsard. Très beau poulsard en macération semi-carbonique, fruité acidulé, avec une finale légèrement fumée.

Domaine du Pont-de-Breux, Emilie Gérard, 39 110 Marnoz

Domaine du Pont de BreuxVenant de la géographie (beau parcours !), Emilie a repris les vignes du domaine du Pont-de-Breux en 2015. Des 4 ha cultivés, voici trois cuvées coups de cœur parmi les cinq dégustées.

  • AOC Côtes-du-Jura, « Impoulsif » 2018. Nez bluffant de fruits des bois, bouche acidulée, la texture fraîche du vin s’ouvre sur une finale salivante.
  • AOC Côtes-du-Jura, « Trousseau Carmagne » 2018. Ce cépage tardif donne, sur les marnes vertes et roses du Trias tardif, un vin profond, sur les fruits noirs et, en filigrane, des notes de sous-bois.
  • AOC Côtes-du-Jura, « Savagnin » 2015. Vignes plantées sur les marno-calcaires du Jurassique supérieur (Kimméridgien). À la fois riche et longiligne, ce Savagnin ouillé pourrait encore avoir à dire dans les prochaines années. Les notes épicées et fruités ne dominent jamais la minéralité du vin.

Dans les méandres de cette journée marathon, je n’oublie pas deux Savagnin ouillés qui nous ont marqué.

  • Philippe Chatillon, 39 800 Poligny. AOC Arbois 2017, « Amphore ». Cinq mois de macération pelliculaire. Un vin qui bouscule les codes du Savagnin. Vin à la fois infusé et charnu, sur les agrumes séchés, où les aspérités du cépage sont maîtrisées. Finale complexe, florale.
  • Gilles et Christelle Wicky, 39 190 Saint-Agnès. AOC Côtes-du-Jura 2018, « Naturé ». Victime de son succès au salon VinoTours de février dernier, nous avons enfin pu déguster le Savagnin du  domaine ! Très généreux, le vin offre un large spectre aromatique, entre les amers des fruits secs et la douceur des agrumes confits. Finale gourmande et épicée.

 

Retrouvez-nous sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *